Bienvenue sur les Terres des Vaucansons
 
AccueilS'enregistrerGroupesMembresConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:11

Bon ba y'avait pas a dire , la jeune comtesse avait tout raté du début jusqu'à la fin, ou presque. En meme temps quand on pénètre dans un monde ou l'on ne connait rien... on met un certain temps à trouver les lieux appropriés aux activités du dit rang.
C'est en allant faire un tour à la hérauderie pour des formalités généalogiques et autre qu'elle pensa à demander à son professeur à quel genre d'amusement se perdait la haute noblesse.
On lui a repondu plusieurs choses : chasse, ballades equestres, combat de joutes et autres.

Elle se renseigna donc pour observer ses premieres joutes à défaut d'y participer. Une fois sur les lieux, elle prit place assise du coté des spectateurs puis laissa son regard vagabonder de candidat en candidat tentant de cerner les règles de ce jeu.
Les nobles semblaient se plaire à se foncer dessus comme des brutes, et à mettre à terre leur voisin. Mathilde se faisait des frayeurs, pour peu elle imaginait deja un cheval empallé sur leurs longues broches agitées à bout de bras. Cela devait surement porter un nom dailleurs... il faudrait peut etre qu'elle se renseigne.

Le tein d'une blancheur angelique, les iris d'une lueur intense, elle observait les armes de chacun, leur manière de se tenir à cheval ou encore d'en tomber. Ce qui la surpris le plus c'était de voir des femmes jouter. Bien que cela la fit sourire un peu, sa soeur lui avait parlé d'un monde de bonbon dans la noblesse mais jamais de ce genre d'activité. En aurait elle pas eu le goût? Bien dommage cela avait pourtant l'air fort amusant.


Les combats défilaient, la brune ténébreuse envahit d'une excitation certaine à connaître l'issue de chaque combat ne perdait pas une miette de ces joutes. Son coeur s'accélérait et tréssautait aussi souvent que cela fut possible. Aurait elle eu un coup de coeur pour l'un des candidats a s'agiter comme une anguille sur le banc des spéctateurs?
Non rien de cela, mais chaque choc entre les compétiteurs la faisait trésaillir par manque d'habitude de cotoyer la violence ou ce genre de jeus nobles.

Néanmoins, le sentiment de mise à l'écart demeurait fort présent. Ne connaissant personne elle se contentait de sourire et suivre chaque combat avec attention mais elle n'irait donner nulle accolade à la fin de l'un d'entre eux, ni même féliciter qui que ce soit. Tous ces nobles gens semblaient être venus accompagné et elle était la dernière des idiotes à se ballader seule.

Voui ba... quand on a pas grandit dans ce milieu difficile de trouver un accompagnateur qui s'y plairait. Elle aurait bien demandé à son ami Jason mais il était fort occupé. Observatrice elle ne manquait pas de contempler les passants, les accompagnateurs, les jouteurs, s'amusant à imaginer leur vie pour faire passer le temps.
Un vent léger sifflotant au creu de ses oreilles lui avait rapporté qu'un buffet serait dréssé à cette occasion. Ah! enfin une raison de rester! Le sauvetage de la Comtesse abandonnée aux abords de la solitude fatale, un repas. Oserait elle aborder l'une de toutes ces personnes durant ce buffet, en trouvant un pretexte bien pourri pour engager la conversation? Peut de chance, elle avait du caractère la Mathilde, mais pas celui de nouer des liens avec les gens aussi aisément... y'avait du progrès à faire dans ce domaine, de gros progrès.

Etoiles étincelantesdans son regard d'azur , ses pensées divaguèrent vers un futur rêvé, s'imaginant elle un jour avoir à encourager un proche à ce jeu, lorsque des cris l'extirpèrent de ses songes.
Une femme appelait à l'aide et au médicastre.. Sensation d'être inutile... son coeur sur la main aurait souhaité aider cette personne seulement, a part fermer une plaie au fer chauffer à blanc ou coudre des chairs à vif.. elle ne savait pas faire gros chose... Et vu l'épaisse armure de l'homme à terre, il y avait peu de chance que son savoir soit utilisé ici.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:16

Silec après avoir attendu que les médicastres soigne son ami Azdrine, se dirigea vers sa tente pour se mettre a l’aise.
Une fois cela réalisé il revint vers la lice s’asseoir dans les tribunes.

Il choisit une place parmi les nobles, près d’une femme qui semblait ne rien comprendre au spectacle.


Bien le bonjour dame. Puis je m’asseoir près de vous afin de suivre la fin des joutes.
J’ai été éliminé a mon tour.


Il lui sourit en attendant sa réponse. mais son sourire n'était pas celui qu'il donnait en général.
Il était inquiet pour son ami qu'il avait mis mal. La fin des joutes n'aurait surement pas le même attrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:17

Sagement assise à observer ce jeu inconnu, Mathilde sentit une présence s'approcher d'elle, un peu trop près à son goût elle qui savait ne connaître personne ici. Ses iris vert d'eau se levèrent vers la personne rapprochée d'elle, s'apprêtant à faire remarquer que l'ombre de sa personne gachait la vue, avant qu'il ne s'adresse à elle poliement.
Un peu bête sur le coup, elle esquissa un petit sourire courtois bien qu'elle eut bien l'envie de lui dire que la lice etait grande , qu'il y avait plein de place alors pourquoi venir l'embêter là juste là?

Néanmoins elle s'ennuyait tellement qu'elle ne refusa pas un peu de compagnie. Après tout il était peut etre gentil cet homme.
Le laissant prendre place, n'ayant rien dit d'autre qu'un bonjour étant très mal à l'aise avec les inconnus, elle ne pu s'empêcher de tourner son visage d'ivoir vers lui, plusieurs fois, curieuse.
Puis, après avoir manqué de prendre la parole au moins 3 fois de suite elle fini par se lancer..


Vous avez perdu..? alors vous.. connaissez les règles?

Et voilà, comment passer pour une idiote en une phrase... ah ba bravo.
En même temps si personne ne lui expliquait ce jeu, elle ne pourrais jamais le comprendre.

Puis, réalisant qu'elle ne s'était même pas présentée elle ajouta un:


Enchantée je suis Mathilde.

Mathilde... quoi c'est tout non? ah mince on est chez les nobles, il fallait peut etre en dire un peu plus... Oui mais en même temps ça l'avancerait à quoi? Bon on verra bien. Elle n'ajouta rien d'autre et aviserait en fonction de sa réaction.
Ses perles pénétrantes fixaient à présent son voisin, elle essayait de ne pas trop plonger dans ses yeux en parlant car elle savait son regard très captivant, même quand c'était inintentionnel. Elle aimait juste dévisager les inconnus, comme si elle pouvait lire en eux, même si ce n'était qu'illusion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:17

Silec regardait cette jolie femme encore de dos. Il allait réitérer sa demande quand celle ci se retourna plusieurs fois pour enfin parler.
Son visage était gracieux et agréable sa voix suave et ferme a la fois.


Oui j'ai perdu, et je connais les règles, voulez vous que je vous les explique elles sont très simples en fait. en souriant

Enchanté de vous connaitre dame ou damoiselle Mathilde. Je me présente à mon tour Silec de Joncheray Duc de Saint Nectaire, je suis originaire du Bourbonnais Auvergne.

Il était curieux de savoir d'où elle venait mais les convenances ne lui en donnait pas le droit. Il attendit son autorisation pour s'asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:18

Un duc.... un Duc!! Zut mais quelle malpolie, même pas elle s'était levée pour le saluer, le laissant poiroter derrière comme un piquet, honte à elle.
Bon cela dit... une révérance dans des gradins, c'est pas très pratique, surtout si elle devait faire un demi tour pour finir face à lui. Elle tourne juste son buste face a lui en se tordant levant un visage, sympathique pour une fois, agrémenté d'un sourire.


Damoiselle pour l'heure.
Je vous en prie asseyez vous, vous devez être fatigué après un tel combat.

Elle se décala à peine pour lui faire comprendre la place proposée. Une fois près d'elle, terminé le spectacle, son nouveau jeu devint inconsciemment d'examiner les mains et le visage du sire, à la recherche d'une blessure, pour justifier que c'est un sport de brutes.
Puis, réalisant qu'elle ne le quittait plus des yeux, le contemplant de façon inconvenante, elle finit par détourner le regard faisant mine de se réintesser aux joutes.


Oui... j'accepterais volontier que vous m'expliquiez les règles en effet... j'avoue être un peu sceptique là..
Si j'ai bien compris il faut mettre l'autre par terre mais pourquoi avoir ces grandes brochettes? ils pouvaient pas le faire à bout de bras? c'est moins dangereux non?


Peut etre qu'après les explications il enchainerait sur un sujet plus enclin à faire connaissance, elle l'esperait en tout cas. En temps normal c'était elle qui en taverne harcelait les voyageurs de questions pour savoir qui faisait quoi , ou et comment, pour faire passer le temps.
Mais là c'était différent, ce n'était ni une taverne, ni un lieu où elle se sentait à l'aise, ni quelqu'un qu'elle connaissait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:19

Silec était amusé par cette damoiselle. La question des joutes devait apporter réponse mais plus complète que d'expliquer pourquoi des lances.

Damoiselle Mathilde il faut que je vous explique un peu le pourquoi des joutes. Cela existe depuis pas des lustres mais presque. Écoutez donc cette histoire.
les tournois sont de sérieuses écoles de prouesse, où les champions cherchent avant tout à devenir de forts et adroits hommes de guerre, sans beaucoup se soucier de riches armures, de beaux équipements, ou même d'applaudissements de dames, mais plus tard, quand les rudes combats des puissances féodales eurent cessé, lorsque les croisades et les progrès du luxe eurent contribué à adoucir l'âpreté des mœurs de la noblesse d'Europe, les joutes prirent insensiblement un caractère de magnificence et de galanterie, et se transformèrent en fêtes solennelles soumises à des règlements particuliers, comme maintenant.

Les chevaliers, superbement équipés, suivis de leurs écuyers, tous à cheval, entrent avec une contenance grave, au son des fanfares. Le signal donné, les rideaux des hours s'ouvrent devant les spectateurs.
On commence par la course de la lance, appelée proprement joute, et qui se faisait seul à seul. C'est une image du combat individuel sur le champ de bataille. Ce que vous avez pût observer de la tribune.
Les lances sont ou très petites ou très grandes, suivant les conventions ou les circonstances.
Les principaux règlements des tournois consistent à ne porter des coups de lance qu'au visage et entre les quatre membres, c'est-à-dire au plastron , à ne plus frapper un chevalier dès qu'il a ôté la visière de son casque, ou qu'il s'est déheaumé , à ne pas se réunir plusieurs contre un seul dans certains combats, tels que celui qui est proprement appelé joute, à ne point blesser le cheval de son adversaire, à ne point frapper de la pointe, mais du tranchant de l'épée, à ne point combattre hors de son rang, etc. Malgré ces prohibitions introduites pour empêcher, autant que possible, l'effusion de sang, l'arène était presque toujours ensanglantée, et ne différe souvent en rien d'un champ de bataille. C'est ainsi qu'à Nuys, près de Cologne, en 1240, un tournoi coûta le vie à soixante chevaliers ou écuyers.
La magnificence que l'on déployait quelquefois dans ces fêtes est presque incroyable.
A Beaucaire, en 1174, il y eut un grand tournoi de dix mille chevaliers pour célébrer la réconciliation de Rémond, duc de Narbonne, avec le roi d'Aragon. Bertran Raiembaux, ou Raibaux, fit labourer avec douze paires de bœufs le champ du tournoi, et derrière ces bœufs se tenaient des hommes qui semèrent, par son ordre, trente mille pièces d'or ou d'argent. Guillaume Gros de Martello, qui était venu jouter avec une suite de quatre cents chevaliers, n'employa d'autre feu pour cuire tous les mets de sa table pendant la durée des fêtes, que le feu des bougies et des torches. Ranmons de Venous, ou Raimon le Venoul, avait amené pour son usage trente chevaux de belle races, qu'il fit tous brûler avant son départ, en présence de la foule des assistants ; il y eut mille autres prodigalités aussi extravagantes.
Vous voila je pense un peu plus au fait des regles des joutes.

Mais ma curiosité est effleurée, puis je me permettre de vous demander de quel duché êtes vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:19

Alors lui, sans le savoir, il avait tout compris.. Prononçant les mots magiques "Écoutez donc cette histoire", il venait de faire perdre à Mathilde toutes ses réticences et sa façon d'agir toujours extrêmement méfiante. Docilement, chose que vous reverrez pas deux fois dans votre vie avec la brune, se tournant face à cet homme inconnu et à la fois si habile avec la terreur qu'elle était, montant une jambes pliée sur le banc comme en tailleur, sans la glisser entièrement de l'autre coté pour ne pas avoir l'air d'enfourcher le banc, mais simplement de se tourner pour mieux l'écouter, la jeune Vaucanson commença à porter toute son attention sur l'histoire qui allait s'évader d'entre les lèvres du Duc.

Le récit commença... Mathilde était émerveillée, cet homme narrait drôlement bien... Si bien qu'elle aurait pu s'imaginer dans la peau de l'un de ses jouteurs avec une foule excitée et elle impassible et froide comme bien souvent dans sa vie.
Puis arriva le passage des morts... et des chevaux brulés.... son visage se durcit, ses sourcils se froncèrent métamorphosant son visage d'ange encline à rêver au delà des cieux, en un visage sévère et acide.

Comment pouvait on raconter une histoire si passionante, pour finir sur une note si ... morbide et cruelle!
Elle se renferma sur elle même. Le temps d'un instant elle cru avoir changé d'avis sur ces jeux mais la fin lui laissa un goût amère dans la bouche. Ses prunelles qui eurent tendrement observé le sire, le fusillèrent à présent. Monstre!!!!!!!!!!!! Monstre!!!!!!!!!!!!
Comme un être humain pouvait participer à un tel jeu en connaissance de cause?!

On est plus intéressant passioné que cultivé, il avait dabord décrit la passion puis l'histoire, transformant un conte en massacre.
Elle ne broncha pas, restant de profil à la scène des joutes pour éviter d'imaginer sous ses yeux le spectable immonde qu'on venait de lui décrire.
Catapultant le sire du regard, elle n'aspirait plus à parler... du tout!
Sa belle journée ensoleillée venait de s'assombrir, et pas qu'un peu.
Tétanisée, voilà ce qu'elle était, non par peur mais par colère.
Le sire lui demandait d'où elle venait... sauf que la tigresse n'avait plus aucune envie de répondre.

C'est donc à fleur de peau, prête à s'enflammer au quart de tout pour agresser son voisin qu'elle répondit sèchement.

Du Maine.

Son regard ne délogeait pas du sien. Ses yeux crièrent dans ce silence de plomb couvant la foudre, droit dirigé sur Silec "Mais pourquoi tu m'as raconté ça??? pourquoi??!!" ... elle voulait connaître les règles...juste les règles.... et il lui avait décrit une scène atroce... C'est qu'elle était sensible la Mathilde, l'air de rien..
Maintenant voilà, tout serait probablement gaché avec ce messire. Car malgré qu'elle n'ai rien dit de bien mechant pour l'heure, le ton de sa voix n'était plus du tout agréable, et vu l'état dans lequel il venait de la mettre, c'était pas gagné.
Elle était dans ces moments où, blessée, refroidit, elle se sentait déchirée entre l'envie d'être serrée très fort dans des bras pour se calmer, et celle d'hurler son indignation et sa colère d'injustice ne laissant personne l'approcher.
Le seul homme qui avait su contenir la Mathilde lorsqu'elle était ainsi, n'était plus et il avait eu bien du courage à supporter la rage qu'elle exprimait lorque quelque chose la dérangeait sensiblement. Mais quoi qu'elle eu pu dire et qu'importait le ton, il ne l'avait jamais abandonné, restant jusqu'à ce qu'elle s'apaise, a chaque fois et qu'il puisse la serrer dans ses bras et l'entendre s'excuser d'être si réactive.

Elle fixait toujours son voisin, entre rage et envie de réconfort. Elle ne bronchait pas.
Bon ba au moins, une fois qu'il l'aurait connu comme ça, il aura vu le pire de ses côtés...
Soit il resterait pour l'amadouer au risque fort probable d'en prendre plein la gueule sur les premiers mots. Soit il fuirait, comme tous les autres...
Son coeur suppliait, son visage foudroyait et casi inexistantes étaient les personnes qui ont eu le courage d'affronter la foudre pour entendre son âme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:19

La jeune fille se tourne vers Silec pour écouter le récit, elle semble passionnée mais son expression change quand il parle des monstruosités à la fin de son histoire.

Silec militaire de carrière n’a pas pensé une seule seconde qu’un tel récit pouvait heurter les oreilles d’une damoiselle.
Il la voit de plus en plus sombre. Doit il continuer, oui car l’explication ne serait pas complète.
Silec veux que la jeune femme comprenne la beauté des joutes comme l’affreux.
Le récit fini elle est comme figée comme une statue.
La réponse à sa question fuse comme si il l’incommodait. Ce n’était pas le cas au contraire, mais comment se dépêtrer de cette situation.

Un problème militaire il savait comment faire mais avec les femmes du monde un peu moins. Il se lança.


Le Maine oui je connais très beau comté, je le connais pour des missions de guerre à une époque.

Silec regardait le visage espérant qu’il se remettrait a être paisible, ce n’était pas encore le cas.

Je vois que je vous ai choqué avec mon récit, mais je voulais aussi vous montrer après le coté face le coté pile des joutes. Les joutes actuelles ne sont plus comme celles que je vous ai décrite à la fin de mon histoire rassurez vous.
D’ailleurs vous avez pût le constater tout les nobles se sont relevés une fois tombé.
Sauf je le conçois mon ami Azdrine qui a dût être transporté sur civière.

Damoiselle Mathilde. vous etes sure que ça va ? Je vous sens mal a l'aise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:19

Mathilde resta à l'écouter... dabord abordant un sujet completement superficiel à savoir la beauté du Maine.... pour finir à une justification vaseuse pour excuser sa maladresse ou son défaut de trouver le massacre parfaitement courant et normal.

D'un ton toujours aussi froid mais ayant perdu en agressivité, lié à un visage non plus coléreux mais impassible, Mathilde rétorqua avant de se lever et lui demander une faveur.


Pas vraiment non...
Accepteriez vous de m'accompagner jusqu'au buffet? J'ai besoin de m'éloigner un peu de ce.... "jeu" .

Elle n'avait pas envie qu'il parte et cela devenait necessaire pour elle de s'eclipser loin de cette sauvagerie.
Elle tenta de lui adresser un sourire naturel, veinement,qui se transforma en une chose peu définissable s'approchant plus de la grimace et de la crispation que du reste.
L'unique chose qui la trahissait et la trahirait encore bien des fois, demeurait son regard.... Dire qu'il devenait mielleux serait insultant, mais il détenait une douceur que seule la foudre, à présent passée, parvenait à teinter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:20

Les joutes étaient finies.
La rencontre fortuite dans les tribunes de damoiselle Mathilde avait réchauffé le cœur de Silec.
Il ne le montrait pas, mais il était heureux de voir une aussi charmante personne, jolie de surcroit.

Les présentations faites, Silec avait proposé à la jeune femme de venir avec lui prendre un verre au buffet.
Ce qu’elle avait accepté volontiers. Il était ravi d’être en si belle compagnie, cela lui changeait des militaires.

Ce n’est pas la main dans la main qu’ils arrivèrent devant le buffet mais assez proche tout de même sans s’en rendre compte vraiment.

Silec était dans une petite bulle après cette joute qui l’avait pas traumatisée mais secoué de voir un ami ne pas se relever de la lice et emmené par les médicastres.
Cette pensée il l’avait depuis son combat et dans le fond de son être même si il voulait faire bonne figure devant la demoiselle, il était meurtri intérieurement.
Se tournant vers elle esquissant un franc sourire.


Voulez vous donc gouter a un de ces petits vins de Touraine que mon ami Llyr à gentiment mis sur ce buffet je vous conseille de prendre celui-ci montrant une bouteille de Jasnieres à Mathilde.

C’est un vin des coteaux de loir m’a expliquer le Maistre des lieux il y a déjà plusieurs années lors de notre première ou deuxième rencontre.

Joignant le geste a la parole et sans attendre l’acquiescement de Mathilde, Silec prend deux verres les rempli a moitié et lui en tend un
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:21

Marchant tranquillement aux côtés de cette nouvelle rencontre, le pas léger, s'éloignant avec soulagement des tribunes de la lice, Mathilde ne pu qu'accepter lorsque Silec lui proposa de se rendre jusqu'au buffet pour sé déshaltérer.

La mine sombre qu'il avait affiché lorsqu'il lui avait expliqué, sur le banc des spectateurs, que son ami Azdrine s'était blessé semblait d'être dissipée. Ne le connaissant que depuis quelques heures, elle ne se doutait pas un instant que cette pensée le rongeait de l'interieur, et pourtant, aimable et d'agréable compagnie qu'il était, elle aurait beaucoup aimé désceller et percer cet abcès, pour le libérer de ses mots. Peut être auraient ils pu aller s'inquieter de son ami ensemble.

Toujours est il que, au courant de rien de tout cela, Mathilde accepta volontier sa proposition. Sur place, le duc lui présenta un vin qui semblait à la description des plus succulent, mais probablement était ce bien plus le sourire de Silec qui la convaincue que le nom du vin en soit.

N'ayant guère l'habitude d'être servie, naturel cela fut pour elle de se saisir de la bouteille lorsqu'il la lui indiqua. Sauf que voilà, le duc était galant et de ce fait leurs gestes s'entrecroisèrent, créant un doux contact entre leurs mains.
Mal à l'aise, Mathilde ota la sienne immédiatement, rougissante, sous le sourire amusé de son voisin. Qu'avait il donc à se moquer ainsi rooo! Timidement, en esperant que ses manières n'outreraient pas le charmant messire, elle lui tira le bout de la langue avant de s'empourprer d'avantage et de se hater a plonger son nez dans le verre que venait de lui tendre Silec. Dans la précipitation et l'envie de se cacher, elle en oublia même de trinquer avec lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:21

Silec tendant le verre à Mathilde rencontre sa main qui d'un geste preste la retire. Il est amusé.
Il la sent troublée, la voit même rougissante, quand d'un coup un bout de langue sort d'entre ses lèvres. Silec se mets à rigoler de bon cœur. Il ne manquait plus que ça lui tirer la langue. Belle langue a vrai dire. Comment lui dire ? beurk pas belle la langue non pas bon ça. Elle vous va a ravir cette langue bof, Damoiselle vous avez une bien jolie langue. Oui voila de cette façon ça sera mieux


Damoiselle vous avez une bien jolie langue.

Dans son affolement Mathilde porte son verre a ses lèvres, Silec est un peu perturbé. Silec pense que l'émotion lui fait perdre ses moyens
.

Damoiselle Mathilde trinquons si vous le voulez bien ! à vous

Les verres s'entre-choc Silec porte le sien a ses lèvres et en boit une gorgée. D'un geste de tête interrogateur

Alors comment trouvez-vous ce vin de loir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:22

Mathilde n'avait jamais été vraiment timide, son style étant plutot la provocation des mots, ou même des personnes visant à observer leur réaction face a son comportement, qu'il soit odieux ou agressif. Elle esquissa un sourire à la réponse du messire. Ses joues n'en demeurèrent pas moins teintées de carmin pour la simple et bonne raison qu'un duc, l'air de rien, ça en imposait.. Par exemple imaginer qu'elle eu tiré la langue à son père, Duc de son état, était quelque peu déplacé pour l'étiquette. Quoi qu'à la réflexion, elle l'avait déjà fait, et son père avait bien rit de la voir si joviale.
De nature très joueuse, Mathilde se donnait un malin plaisir à jouer les chipies bien que cela soit très rare, l'autre partie du temps s'adonnant soit à une apparence sans coeur et arrogante, soit, dans sa vie la plus intime, à une vie de koala ne délogeant pas des bras de l'être aimé.

Le nez dans son verre, les yeux relevés vers son interlocuteur, elle reçu donc le compliment avec grande surprise. Elle se trouvait gonflée, mais en fait, Silec ne l'était pas moins, ce qui rendait le tout très amusant... Abaissant son verre pour dévoiler son charmant visage en son intégralité, elle pris une mine faussement outrée, pause légèrement théâtrale mais sincèrement drôle. Puis elle se mit à rire comme une enfant, en espérant quand même au fond d'elle qu'il ne s'amusait pas à complimenter de la sorte toutes les inconnues du royaume, en quel cas, ce serait leur dernière discussion.... elle a horreur des beaux parleurs!!

Trinquer.... trinquer... euhh... oups!! A vouloir se cacher dans son verre forcément elle n'avait pu s'empêcher de le vider... ba oui hein... c'est le vin ! il la narguait!! si si...! Bon par chance il restait un fond de quelques centimètres, ça suffit pour faire tinter un verre et boire une gorgée après.
Cela dit boire à elle même était purement égoiste et puis le bonheur tout seul ça n'existe pas, la santé elle l'avait déjà, donc elle se permis un petit affront, oui hein tout petit.


A notre rencontre messire...

Avant de faire sonner mélodieusement son verre contre celui de Silec. Bien évidemment, en 1 seconde, vu le peu de breuvage qu'il contenait, sa coupe fût mise à nue. Il lui demanda son avis sur la saveur du vin, seulement la damoiselle n’y connaissait pas grand-chose.
Cela dit, gourmande et joueuse comme pas deux, la comtesse se mit a reluquer le verre de son voisin avec l’envie imperceptible d’avouer : Le vin aurait probablement bien meilleur gout si vous me laissiez le gouter là où vos lèvres se sont posées… je peux????????
Comment ça c’est hyper provoque ? C’est lui qui a commencé avec la langue hein… Bon bon daccord…
Mathilde se contenta d’un doux sourire accompagné d’un regard pétillant qui fixait Silec sans ménagement.


Ma foy ce vin se délecte très aisément, un vrai délice pour le palais.

Plus elle l'observait, plus elle le trouvait attirant. Ce côté homme blessé et mystérieux qui garde un sourire chaleureux malgré que son âme appel à la détresse et à la compassion. A quoi pouvait il bien penser? Une douleur en lui semblait si vive et à la fois si lointaine. Ce ne pouvait être qu'un malheur recent pour que ses yeux en brillent encore. D'un pas franc, elle s'approcha de lui, à une distance plutot gênante lorsqu'on ne connait la personne. En temps normal, Mathilde, souhaitant savoir si l'aimantation qu'elle ressentait pour cet homme était réciproque, son souffle serait venu raviver la chaleur de ses lèvres, dans un geste extremement lent, pour ne surprendre personne, et laisse libre choix au partenaire de se retirer. L'idée était fort plaisante, ayant bienévidemment traversé l'esprit de la jeune Vaucanson, mais pour l'heure ce n'était pas la pensée qui trotinait dans sa tête.
Mathilde s'avança encore un peu, allant chuchoter au creu de l'oreille du Duc d'une voix aimante :


Vous me semblez tracassé mon cher, souhaiteriez vous que nous allions nous inquieter de l'état de votre ami?

Non pas une voix amoureuse de Silec, cela était bien trop tôt malgré l'indégnable intensité qui jaillissait de leurs regards quand ceux ci se croisaient, mais d'amour pour son prochain. Malgré que cela lui ai valut bien des retours de casseroles, elle souhaitait aider les gens à être heureux, du mieux de ses capacités, tant que cela n'entravait ni ses valeurs, ni son intimité. Interrogeant donc le sire, son corps à quelques centimètres du sien, son menton posté au dessus de son épaule, elle en profita pour glisser son bras autour de celui du Duc qui tenait son verre, dans une infini caresse. Après tout même si il refusait, il n'aurait cas l'emmener en ballade dans les jardin du lavardin, cette accolade n'avait rien de perdu. Elle recula son visage, afin de contempler celui de Silec, maintenant son regard logé dans le sien pour y déchiffrer la réponse.
Elle rêvait du jour et de la personne qui n'aurait nul besoin de mot pour une telle réponse, qui d'un sourire, un regard saurait la remercier de cette attention. Une correspondance parfaite pour une complicité à toute épreuve. Enlacée au bras de son voisin, elle fit demander à un serveur qu'on lui remplisse à nouveau son verre, après quoi elle serait parée à se ballader n'importe où au lavardin en agréable compagnie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:22

La question posée, un sourire en réponse, mais un sourire à l’air gêné teinté de rouge de joues.
Silec a l’impression de l’intimider, il ne veux pas de cela et essayait depuis quelques minutes de paraître moins distant. C’était un exercice assez révélateur de ses dispositions envers les femmes. Autant il était à l’aise avec ses hommes ou ses amis même amies que gauche avec les belles inconnues.

La position de la belle est pourtant des plus attendrissantes comme ça. Elle abaisse son verre et Silec peux enfin apercevoir en entier son visage. Un visage d’ange comme Silec en a rarement vu.

surprise son attitude change, les traits de son visage deviennent réprobateurs.
Qu’avait donc dit Silec pour cette attitude. Le saurait il, il l’espère.

Ouf le rire de Mathilde le rassure. Le regard insistant arrive sans que Silec puisse le prévoir que veux elle lui faire comprendre ?
Elle se rapproche, la première réaction de Silec est de se reculer puis il se ravise. Que veut-elle. Voila Silec sur la défensive un réflexe sans plus.

Il espère que ce petit geste ne soit pas pris pour autre chose qu’une surprise de sa part. Mais non un simple chuchotement lui est diffusé par la belle dans son oreille, d’une voix des plus suaves. Il l’écoute.
Elle s’inquiète de son moral. Comment a-t-elle pu le voir ?
lui qui cache si bien ses sentiments. Il se fait vieux et ne sait plus cacher ses émotions ou bien il ne veut peut être pas inconsciemment.
Avant qu’il s’en aperçoive la jeune femme passe son bras sur le bras tenant le verre de Silec, il n’est plus surpris par la tentative et l’accepte volontiers, et c’est tout sourire qu’il la regarde.


Oui je suis effectivement très inquiet de la santé de mon ami. Je suis quand même le premier responsable de son état, et blessé un être humain qui plus est mon ami n’est aps courant pour moi sauf quand j’y suis obligé durant une guerre, ou un duel pour l’honneur.

je sais mon ami entre les mains des médicastres, laissons les bien travailler et lui se reposer nous irons le voir en fin de journée


Les verres se sont remplis sans même que Silec s’en aperçoive. Il veux porter son verre a ses lèvres mais le verre est bloqué par un bras possesseur. Il sourit à Mathilde.

Voudriez-vous bien me rendre mon bras jeune damoiselle, je voudrais reprendre une gorgée de cet excellent breuvage.

Silec profite du moment pour se lancer à l’eau, il ose lui demander


Voudriez-vous après ce verre faire une pause dans les jardins de notre hôte ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:23

Son corps s'était rapproché, un murmure échapé, une voix envoutante transportée, mais lui s'était reculé avant même qu'elle n'eu chuchoter. Elle ne compris pas sa réaction, avait il été battu pour réagir ainsi? la guerre faisait elle si mal qu'on se méfait à ce point de tout et tout le monde?
Son regard à son égard changea, tentant de comprendre, de percer à jour des blessures inconnues pour elle, afin de pouvoir, dans un élan d'amour naissant, la rassurer, le combler.
Néanmoins elle ne s'était pas arrêté à ça, vu qu'il s'était ravisé puis avait pris tendrement son bras. Avant que quoi?? Qu'il ne lui demande de lui rendre??
Elle le regarda perplexe... était elle si repoussante qu'il ne veuille même pas lui prêter son bras ? Il n'avait cas changer son verre de main hein...
Elle repondit vexée.


Non je garde votre bras... Si vous avez soif vous avez une seconde main non? Sinon je peux aussi partir..

Surtout que bon, droitiere de son état, elle lui avait attrapé le bras gauche, et à moins qu'il soit gauché il lui serait logique de boire avec l'autre main.
Elle attendit une réponse avant qu'il ne l'invite à parcourir les jardins. Bon bien je suppose que cela répondait à sa question, si il l'invite c'est qu'il aime être avec non? Bon on va supposer..


Volontiers, je ne connais pas le chemin alors je vous suit.

Première fois qu'elle mettait non seulement les pieds à des joutes, mais également au domaine de lavardin, alors il allait devoir la guider et prendre, ou pas, vis à vis d'elle, quelques initiatives.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:23

Le geste elle l’avait vu et en plus cela ne lui a pas plu a voir sa réponse sèche, il fallait a Silec un peu plus de confiance et de diplomatie envers les femmes.
En tout cas il lui fallait faire autrement avec son bras prisonnier maintenant.
Il réfléchit, voyons le verre est coincé dans la main, il faut le passer dans l’autre main sans faire de dégâts pas question de renverser le contenu du verre sur sa belle robe.
Il avance doucement sa main libre vers le bras qui lui tient son bras et accessoirement le verre. Prend la main de Mathilde et se baissant lui fait un baise main.

Il en profite une fois fini pour translater le verre dans l’autre main. C’est avec un sourire radieux qu’il regarde Mathilde dans les yeux.


Partir vous dites mais il n’en est nullement question vous me tenez par le bras mais je vous tiens par la même occasion. Finissons donc nos verres si vous le voulez bien.

Puis se penchant vers son oreille. Ce n’est pas parce que vous me tenez présentement que ma proposition tombe à l’eau. Je vous avais posé comme question si vous vouliez venir dans les jardins de notre hôte.

Comment lui dire sans la brusquer en tout bien tout honneur bof. Les fleurs sont splendides en cette saison… pas sûre qu’elle aime les fleurs. Mais si les femmes aiment toujours les fleurs. Il l’emmènerait bien dans la serre mais y en a-t-il une déjà dans son château oui mais là ?
Bon faut te décider Silec elle ne va pas attendre cent sept ans comme ça le verre a la main attendant une hypothétique reprise de la phrase.


Mathilde je serais ravi si vous veniez avec moi dans les jardins, pas que les fleurs y soient magnifiques quoique surement mais pour vous. Vostre présence m’est agréable.

Il dirait bien plus mais ce n’était pas le moment, pas encore. Décollant son visage de la joue de Mathilde il attend impatient la regardant droit dans les yeux une réponse qui il espère affirmative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mar 23 Nov - 21:24

La main guidée aveuglément par Silec, Mathilde la lui abandonna sans résistance, avant de sentir ses lèvres entrer tendrement en contact avec le dos de celle ci. Généralement, la comtesse avait horreur de ce genre de frivolités, trouvant les baises mains beaucoup trop superficiel. Seulement ce baiser ne venait pas de n'importe qui, et, à sa grande surprise, Mathilde demeura troublée par ce geste. Elle ne souhaitait plus rougir, ni ressentir une quelconque gêne. Son désir était de se lancer à corps perdu dans ses bras, sans défense, juste lui ouvrir son coeur et le laisser approcher avec sensibilité.

La manière qu'il eu de noyer son regard au fond de l'océan de ses iris accentua en la jeune damoiselle une sensation qui l'animait de plus en plus. Cette force de la nature qu'on appel alchimie qui vous attire, à la puissance d'un aimant, vers l'autre. Malgré le désir et cet attraction intense, elle se promis de ne pas brusquer les choses, ne souhaitant pas perdre le contrôle de ses rêves, histoire d'éviter la chûte brutale.
Elle n'en laissa pas moins les étoiles de ses yeux soutenir le regarde de Silec. Deux perles scintillantes l'embrassant d'un simple regard. Car bien que ses gestes n'étaient guère très révélateur, le fond de son âme perceptible au travers de ses pupilles l'était bien d'avantage.

Les mots de Silec la rassurèrent. Non seulement l'idée de la quitter ne lui avait pas traverser l'esprit malgré quelques uns de ses réactions légèrement refroidissantes, mais en plus, il se plaisait à pouvoir la retenir tout comme elle avait prétendu le faire en conservant son bras contre le sien.
L'oreille charmée, Mathilde écouta les propositions de Silec, toutes plus attrayante les unes que les autres. Docile, ou plutot envoûtée, en simple réponse à Silec en ce qui concernait de terminer leurs verres, Mathilde leva son verre, retournant au Duc un langoureux regard, avant de le porter élégamment jusqu'à la chaire de ses lèvres rosées, laissant le breuvage se déverser dans sa bouche. Tandis qu'elle poursuivit l'achèvement lente et délicieuse du vin délectable emplissant son verre, sa langue elle, s'apprêta à répondre à sa Grâce pour les jardins. Biensûr que l'idée lui plaisait. Non seulement elle adorait la nature, mais si bien accompagnée cela ne pouvait être que paradisiaque.

Un sourire conquis s'envola en direction de Silec, son verre terminé, elle vint à son tour rapprocher le son de sa voix l'ouïe et dans un murmure intime, comme si le vent avait des oreilles bien trop curieuses, elle confirma.


Rien ne me ferait plus plaisir à cet instant que de partager un agréable moment à vos côtés dans ces fameux jardins, mais je pensais que mon" volontier" de tout à l'heure aurait répondu à votre question.

Ses lèvres glissèrent jusqu'à sa joue, où elles vinrent déposer un baiser attendrissant qui s'attarda longuement. Voilà, elle pouvait difficilement être plus claire pour communiquer son envie de rester près de lui. Enfin si elle le pouvait, mais la méthode serait quelque peu brutale et déplacée anéantissant tout romantisme. Resserrant l'étreinte de son bras autour du sien, elle vint avec hésitation effleurer la main de Silec avec la sienne juste quelques secondes, l'éloignant poliement pour laisser le temps à Silec d'apprécier l'idée ou au contraire de la rejeter.

Ils se mirent à avancer en direction des jardins. Mathilde sentit rapidement que son coeur aurait vite fait d'être en immersion dans ce flot de tendresse. Elle se laissa floter au gré de la chaleur de cette rencontre, pour le moins inattendue mais magnétique à souhait.
Lentement, au rythme d'une valse harmonieuse, ils s'enfoncèrent dans les jardins du domaine de Lavardin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Dim 28 Nov - 12:17

Elle ne résiste pas Silec intérieurement sourit, elle pouvait très bien faire un refus. La main gracile se rapproche des lèvres de Silec menée par la sienne. Il s’arrête à même pas un cm dérogeant aux règles de bienséances qui veulent que ce soit de beaucoup plus loin.
Il s’en fou de ça.
Il la sent toute proche, prêt à le frôler. Il la regarde intensément droit dans les yeux et ce qu’il y voit le réjouit. Ne pas précipiter les choses se dit Silec.

Son verre est bu lentement comme si elle était déshydratée à son premier verre après la traversée du désert, comme si c’était un amant qui coulait dans sa gorge. Silec à l’unisson fini lui aussi son verre.

Elle s’approche de lui, lui murmure qu’elle est enchantée de venir avec lui dans les jardins.

Silec est tout simplement heureux un bonheur qui n’était plus en lui depuis des années. Pas comme celui de revoir sa petite chérie de fille qui était intense certes même plus que ça, mais être en présence de cette jolie damoiselle donnait comme des ailes a Silec.
Les sentiments pour Mathilde se bousculaient dans sa tête, ils furent à leurs comble quand celle-ci ne trouva rien de mieux que ne venir lui faire un bisou d’une éternité voluptueuse.

Les jardins seraient à eux bientôt comme seuls au monde

La main de Mathilde pour conclure vint effleurer la sienne s’en était trop, il ne pouvait pas la laisser fuir cette main. Il la rattrapa in extremis avant qu’elle rejoigne Mathilde.
Il la serra pas trop mais assez pour qu’elle reste là dans la sienne.

C’est ensemble faisant qu’un qu’ils se promènent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mer 1 Déc - 4:39

Une caresse aussi douce qu'une plume de soie, ses doigts se referment sur sa main comme une tulipe au soleil couchant. La voici peu à peu prisonnière de sa témérité et de ses envies, pour son plus grand plaisir, elle est à sa mercie. De longs regards déferlants sur le visage de son voisin , à n'en plus regarder où elle met les pieds, ne cessent de les lier. Ses doigts glissent timidement entre les siens, enlaçant son être à la seule paume de sa main, son pouce se mettant à choyer le dos de celle de Silec dans une tendresse infinie.

L'allée des jardin s'ouvre à eux, en quelques sortes l'horizon d'un chemin qu'il s'appretent à entamer ensemble, main dans la main. Les géraniums, les dahlia, les roses et autres magnificiences florales estivales, ont laissé place à l'humidité et au saveurs de l'automne. Des crocus bleuté et violacés ont vu le jour, permettant aux herboristes d'en extraire du safran pour cuisiner, teindre voir même guérir. Les couleurs joviales de l'été se sont évaporées en un souffle de brise rafraîchissant, mais le soleil haut dans le ciel n'en demeure pas moins lumineux en cette apres midi d'octobre.

Les rayons transcendent chaque feuille qui, dans une valse gracieuse, se laissant porter par le vent, tombent peu à peu vers le sol. Le vert gazon prend une allure de tapisserie aux couleurs chaudes. Jaune, rouge, orange, une pointe de marron, la saison se pavane autour des deux tourteraux naissant, Mathilde frisonne à l'ombre des arbres, admirative de cette nature sublime.
Leur pas lents et accordés semblent aboutir sur un petit bosquet, un petit coin de paradis à l'abri des regards indiscrets. Elle s'arrête un instant, au milieu de ce sable mouillé mélangé de gravas, se tournant face à Silec, prenant soin de ne détacher sous nul pretexte sa main de la sienne.

Son regard l'invite à bien des choses, simples mais profondes, intenses et hypnotiques. L'azur de ses yeux en amandes de coutume aux reflets d'une mer agitée ne ressemble plus qu'au calme des cieux lors d'une nuit étoilée. Pas un nuage... pas une ombre pour l'empêcher de dévoiler ses sentiments.
Nul mot ne saurait décrire avec exactitude la raison de l'emballement de son coeur à l'instant présent.
Elle le fixe, hésitante, s'approchant d'un pas vers lui, de face. Encore quelques centimètres et elle pourra sentir le souffle chaud de Silec sur ses lèvres carmins.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Dim 5 Déc - 22:11

La main de Mathilde dans la sienne, le pouce de celle-ci lui caressant doucement le dos de la main, Silec n’en demandait pas plus quoique peut être un peu plus, même beaucoup plus.
Ils déambulaient dans les méandres des allées soignées par surement une nuée de jardiniers au vu de la netteté des parterres de fleurs encore présentes.

L’automne était là, Silec suivait sans question. La végétation d’un coup les cacha du reste du monde.
Ils se retrouvent face à face sans que Silec s’en rende compte.

Elle est là devant lui s’approchant imperceptiblement.

Il choisit ce moment hors du temps, la main de Mathilde encore dans la sienne de peur de rompre le charme, il passe ses bras autour de sa taille. Ses sentiments sont confus mais bien ancré.
Les coups de foudres il n’y crois pas mais il doit bien se rendre à l’évidence, être sur un petit nuage, ne plus penser a rien qu’a elle, se détacher de ses préoccupations instantanément quand il est prés d’elle ce ne serait pas cela un coup de foudre ?

Il commence à douter. Chasser cette pensée pour le moment il aura bien le temps après.
Il profite du moment magique. Il la regarde dans les yeux, sa main libère doucement celle de Mathilde non sans mal tellement elle tenait la sienne pour remonter ses deux mains vers son visage.
Il est ému le Silec et c’est peu dire.
Il s’approche encore plus, pour enfin écraser ses lèvres sur celles qu’il peut appeler son aimée. Un baiser langoureux, long et voluptueux. Après un moment qui lui parait très court mais qui a duré une éternité, il glisse son visage vers la joue de Mathilde pour lui susurrer.


Tu as renversé mon cœur, tu l’as fait chavirer. Tout deviens beau et merveilleux. Un vent d'amour m'a fait perdre la tête, dans tes bras je pars m'envoler
dans un monde doux et sucré. La flamme de mes yeux s'est allumée à l’instant ou nos lèvres se sont touchées.
Aujourd'hui le destin nous appartient
À nous seul de savoir prendre le même chemin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Mathilde
Fille du Duc et de la Duchesse
avatar

Nombre de messages : 376
Titre(s) : Comtesse de Bresteau

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Mer 8 Déc - 13:27

Une alchimie naissante à en perdre la raison. La sensation vivifiante d'un vent glacé, qui, sous la chaleur ardente de l'astre sacré, vient impunément se délecter de votre corps. Il vous pénètre jusqu'à la moelle, parcourant chaque cellule, provoquant un frisson exaltant qui vous transporte vers d'autre cieux. Autant dire quelque chose de plaisant et unique qui est si bon à vivre mais si rare de partager. Mais les miracles doivent exister, car le simple contact des mains de Silec épousant délicatement sa taille fine, provoqua cette exquise effervescence jusqu'au moindre recoin perdu de l'âme de Mathilde.

Bouleversant... Ses poumons n'osèrent plus se gonfler, ni même ses cils batifoler. Le regard épanouit, elle demeura inerte, littéralement absorbée par cet homme semblant sur le point de chambouler sa vie. Si son coeur n'hurlait pas au désir, tambour battant dans sa poitrine, et que ses pupilles n'exprimaient pas sa soif de tendresse révélée par ce contact envoutant, l'on aurait pu la croire endormie pour l'éternité, les yeux grand ouvert face à ce qu'on appel le paradis.
Plus une pensée ne s'échappa de son esprit, totalement sous l'emprise hypnotique du charmant Duc, qui semblait refléter les mêmes envies que la belle. La main de Mathilde se resserra sur la sienne, trahissant un trac certain. Lorsqu'il vint à tenter de l'en séparer, le doute la submergea. Défiance très rapidement effacée par la caresse venant effleurer sa joue. Serait-elle sur le point d'être totalement conquise par un parfait étranger? Impossible... elle se savait bien trop méfiante pour cela, mais à le vivre, à le ressentir, nul besoin d'être très persuasif pour la convaincre du contraire.

Son esprit en veille, Mathilde parvint à ne point l'en sortir afin de profiter de cet instant magique, au creux des bras d'un mirage, qu'elle se plaisait à espérer bel et bien réel et y croire de toute son âme. Les lèvres de Silec vinrent embrasser celle de Mathilde... suscitant en elle une véritable libération. Plus aucun blocage, plus aucune peur, ni même une hésitation, Mathilde remonte ses mains jusqu'au visage de son beau jouteur avant de s'en saisir instinctivement prolongeant ce baiser passionné avec tout autant de verve. Cet aveu on ne peut plus explicite et réciproque teinta son humeur d'un agréable sourire, celui qu'on ne perd jamais contre vents et marées.

A contre-coeur, après de longues embrassades, leurs bouches séduites par cette flamme naissante respirèrent à nouveau. Les sens de Mathide aux aguets, réceptifs à la moindre caresse, au moindre murmure, n'eurent aucun mal à percevoir les mots doux susurrés à son oreille.
Son visage s'illumina. En plus d'être de plaisante compagnie, d'une courtoisie incontestable, d'un charme évident, s'avérant être, plus intimement la douceur incarnée, enfouie sous cette pudeur qui, au premier contact, l'avait fait reculé d'un pas lorsque Mathilde s'était avancée, il était doté d'une sensibilité poétique qui, à découvert, aurait fait tomber n'importe qu'elle jolie femme comme une mouche.

Elle espéra que ce traitement de faveur et ce comportement rêveur lui était exclusivement réservé. Car bien que détestant les beaux parleurs, il fallait bien avouer que cet homme venait de lui faire baisser sa garde en un temps record, et elle s'en voudrait de s'apercevoir un beau jour qu'à ses yeux elle n'était pas mieux qu'une autre et que ce jour, ça aurait pu être n'importe qui d'autre.
Ah ba voilà... sa grande méfiance naturelle venait de déclencher l'alarme dans son esprit. Cours ma pauvre fille avant de finir le coeur en morceaux. Trop tard...elle l'avait dans la peau, et lorsqu'elle se perdait à rêver d'une vie idyllique dans les bras d'un homme, c'était sans retour.

Le regard scintillant à l'image de la voûte céleste au beau milieu d'une nuit étoilée, Mathilde contempla son doux partenaire. Que voulez vous qu'elle réponde à de telles phrases? Elle aussi détenait une face cachée emplie de poésie, mais était-ce bien raisonnable de se mettre nue et vulnérable, exposée à la moindre mauvaise intention, entre les doigts d'un inconnu. A bien regarder, c'était un peu tard pour se poser ce genre de questions bien trop sérieuses. Elle lui adressa un sourire enjoliveur avant de déposer un nouveau baiser langoureux sur les lèvres de Silec.
Les paroles du Duc venaient de lier entre eux une complicité intime intouchable, la tutoyant comme à une personne envers qui l'on ne souhaite plus avoir de manières futiles servant à la forme bien plus qu'au fond. Peut être la naïveté deviendrait le seul souvenir de cette journée merveilleuse, mais pour le moment, la seule réponse qui lui parvint fut celle ci :


Puissent nos lèvres, ne jamais se séparer,
Cette douce flamme devenir un brasier,
Eclairant au loin, devant nous, notre chemin,
Afin de vivre pour toujours main dans la main.


Mathilde posa sa tête tout contre le seigneur de Joncheray, profitant de ses épaules larges de militaire pour y être confortablement installée, humant ce parfum qui peu à peu deviendra probablement quelque chose de rassurant,d'apaisant et d'indispensable pour cette demoiselle au caractère d'ordinaire si fougueux, voir intenable.
Susceptible, un tantinet parano, jalouse, possessive, franche, maladroite, autoritaire, sans humour, et bien pire encore, la vie auprès de Mathilde sera loin d'être de tout repos. Mais, après la scène qu'elle lui avait fait aux joutes il y a quelques heures, s'emportant au quart de tour sur un sujet qui, pour les autres, comme bien souvent, pouvait paraitre anodin, il avait eu déjà un bel aperçut de ce qui était le plus insupportable chez Mathilde, ses excès de caractère.
Cela, bien des gens le voyait, mais ce qu'ils ne verront jamais, c'est la jeune femme qui venait de s'ouvrir à Silec, celle qui se laisse bercer par l'amour qu'on lui porte sans aucune résistance, celle que seuls ceux dont son coeur fut épris eurent la chance d'entrevoir, mais pour qui, la différence avec Mathilde la râleuse était tellement grande, que la fuite, l'abandon ou la mort avait été leurs seules alternatives.
Espérons que ce nouvel amour ai assez vécu pour supporter la terreur qu'elle était, détenant la sagesse et la patience que peu avaient avec elle. Certains avaient su faire avec elle... mais ils étaient parti bien trop tôt..

Manquant de soupirer de nostalgie, voyant en Silec un nouveau départ, elle enlaça son doux prince à la taille, se blottissant contre son coeur pour l'écouter et se laisser bercer.
Le soleil s'éteignait à l'horizon, et le froid glacial de l'hiver menaçant aurait vite fait de ne faire qu'une bouchée de ces tourteraux si il s'égaraient à rester planter ici. Déposant un doux baiser au creu de son cou, Mathilde releva son visage d'ange vers Silec.


Que dirais tu mon bel amour de retourner vers le buffet afin de diner auprès du feu?

Elle glissa à nouveau sa main dans la sienne, entremêlant leurs doigts s'apprêtant à la suivre n'importe où.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[hrp] Que dire de plus a part qu'on dirait un vieux scénario mielleux des films à l'eau de rose devant lesquels tout le monde s'endort parce que plus personne n'y croit? Pas grand chose je vous l'accorde, mais si la vie réelle est bien trop réaliste, une touche de rêve, d'imagination et d'illusion ne fait de mal à personne. [/hrp]

_________________


Dernière édition par Mathilde le Mer 2 Nov - 5:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silec
Visiteur occasionnel
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : Murat /BA
Titre(s) : Duc de Saint Nectaire

MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   Lun 13 Déc - 21:05

Silec profite du moment présent, rien ne pourrait rompre ce moment au risque de se faire comment dire pour ne pas être violent embroché oui ça lui semble bien embroché.

Tout avait commencé par sa prise de possession de la taille de la personne. Elle s’était laissé faire avec toutefois une petite surprise laissant aucun doute après, se laissant couler dans les bras de celui qui avait tenté l’impossible ne serait ces quelques heures avant.
Silec la sentait dans ses bras à la fois pantelante et inanimée et a la fois vibrante de tout son corps, son cœur battant la chamade. Les yeux de Silec essayaient de transmettre toute l’affection qu’il avait pour cette jeune femme, et à voir dans ceux de Mathilde, il pensait que les mêmes sentiments étaient les siens aussi.

Ou est la jeune femme rencontrée sur la tribune des joutes prête à jouter justement avec lui, prête à lui arracher les yeux sur un mot ou une phrase mal dite.
Mais cette attitude en fait Silec en était sûr n’était que façade une carapace pour la protéger des hommes et des gens.

Revenons a nos moutons,

l’instant présent donc est magnifique le baiser qu’il lui donne trouve écho, l’abandon paraissant total.
Elle ne peut plus respirer, Silec non plus, leurs lèvres se détachent lentement en interrogations a quand le prochain.

Les paroles susurrées font l’effet que lui même n’avait imaginé. Mathilde lui prends le visage il la regarde souriante souriant a son tour. Après lui avoir dit des mots doux elle se réfugie prés de lui le serrant fort.

C’est son tour à Silec d’avoir le cœur chaviré par tant de générosité. Il n’en a pas l’habitude enfin plus. Cela lui semble si lointain tant d’événements sont venus contrarier de tendres moments qu’il veut profiter de celui là le plus longtemps possible. Enlacés, encouragé par le baiser de Mathilde dans le cou,

Il lui dit tout doucement


Prenons ce qui est à prendre,
donnons ce qui est à donner,
gardons ce désir, cet amour
et cette force pour l'éternité,
quoi qu'il puisse arriver.


main dans la main il partirent vers d'autres horizon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://saint-nectaire.xooit.com/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Une rencontre unique, octobre 1458, joutes de lavardin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chambre de Nico (octobre 1458)
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale
» Formulaire d'inscription (modèle unique)
» Bernard Clavel, l'insoumis, est mort, hier, 5 octobre, il avait 87 ans
» Le site de l'anneau unique v2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine de la famille Vaucanson :: Maine :: Comté de Bresteau :: Château de la Comtesse :: Chapelle Sainte Marie de Villeneuve-
Sauter vers: